De ma fenêtre, je vois…

De ma fenêtre, je vois… l’automne

Cet après-midi un généreux soleil
Nous ferait presque oublier la pandémie
Mais à la moindre sortie
Sachons que le garde-champêtre veille.

Les feuilles mortes tapissent le sol
D’un patchwork aux reflets dorés
Sculptés par la matinale rosée

Alors que les arbres dénudés ont fermé leur parasol.

L’ambiance de ce bel automne
Reste cependant perturbée
Par le virus omniprésent
Qui ne prévient personne.

Les lumières apparaissent vers six heures du soir
C’est alors que l’horizon vert des champs
Se confond avec l’espace infini du ciel bleu noir
Balayé par la caresse du vent.

Cette encore belle nature
Compense les tensions sociales
Qui ne semblent pas être le souci principal
De nos décideurs qui les censurent.

Dans les rues déambulent
Comme dans un bal masqué
Les petits écoliers dans leur bulle,
Gardant pour eux les questions à peine nées.

Les collégiens souffrent de l’insécurité nouvelle
C’est pénible de garder la distance à respecter.
Les profs se triturent la cervelle :
Comment enseigner l’indispensable laïcité ?

Chassons nos peurs, ouvrons nos cœurs,
Prenons le train du bonheur.
S’il existe, tous ensemble partons demain
Pour construire le chemin.

André, bénévole à Chaponnay

4 commentaires

  1. Michelle

    Plein soleil , j'hésite : est ce un Ginkgo, l'arbre aux écus ? Sinon quel arbre ??? Merci de me renseigner.

  2. Unknown

    Gagné! C'est effectivement un Ginkgo. Très bonne journée.

  3. Sylvianne

    Sublime boule de soleil descendue dans les branches !

  4. Carmen

    magnifique arbre

Répondre à Unknown Annuler réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Vous pouvez utilisez ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.